mercredi 16 janvier 2013

STFU



C'est tellement triste d'en arriver à aimer moins la vie quand on atteint le chiffre canonique de 1000 CD4. Vingt ans à prendre des antirétroviraux, à faire attention à son système immunitaire, en étant toujours safe et tout ça pour être seul. Talk about ironie.  Pour la première fois depuis 17 ans, je rêve de la mort. Ça me donne envie. Je me lève et je me couche en pensant à ça. Surtout pas une mort romantique et fantasmée comme au début des années 90, quand je pensais à la bande son mortuaire la plus géniale de l'histoire de la house, avec les dubs et les mixes ambiant les plus pointus de l'époque. Une sorte de prestige musical de funérarium glamour. Non, une mort sans musique, sans rien, juste une manière de m'adresser au monde pour dire Shut The Fuck Up.

STFU. C'est le sigle que l'on voit à l'extérieur des bars parisiens pour que les mecs bourrés ne fassent pas trop de bruit dehors quand ils fument une cigarette. C'est le message aux 1000 CD4 quand mon médecin me donne mes derniers résultats de bilans trimestriels. À quoi me servent ces 1000 CD4 et cette charge virale indétectable depuis des années si je ne peux les offrir à un homme qui m'aime...  What's the fucking use? Aujourd'hui j'ai regardé les rushes d'une vidéo où on voit David Wojnarowicz embrasser le corps d'un homme avec un texte en voice over qui explique la beauté que l'on peut offrir à un homme en bonne santé quand on est soi-même atteint. En face de lui, un corps allongé, patient, content, qui se laisse caresser et embrasser avec l'assurance confortable de savoir que cela ne va pas aller plus loin. Un charity fuck, mais dans l'idée que c'est la moindre des choses que peuvent s'offrir deux hommes.

Mes disques, les rares choses qui ont de la valeur chez moi,  je les aurais offerts à un homme qui me les aurait demandés. Mes fleurs, mes souvenirs, je les aurais offerts à un homme qui me les aurait demandés. Mais personne ne m'a demandé tout ça quand j'étais amoureux et maintenant je pourrais donner ces 1000 CD4 chèrement gagnés quand les autres les perdaient à force de baiser et de se droguer pour se foutre en l'air. Car ces 1000 CD4, ce n'est pas seulement du système immunitaire, c'est de la clarté d'esprit. C'est s'occuper de son corps pour que le mental ne souffre pas trop de la déchéance physique et du temps qui passe. C'est partager avec l'homme que j'aime ma stabilité, mes années sans psy, une forme de survie plus légère pour ne pas alourdir les autres avec mes propres angoisses de survivant.

Ces CD4, mon médecin me les a annoncées ce matin alors que je lui disais que j'arrêtais la lutte contre le sida, que les pédés pouvaient crever as far as I'm concerned, que le dévouement ne servait plus à rien. Ces CD4 de 2013, c'est le signe de la dévaluation des sentiments nobles des 400 CD4 des années dures, celles de la fin des années 80 et du début des années 90. En dessous de 400 CD4, on s'apprêtait à mourir ou, au moins, à tomber malade et affronter l'hôpital. À plus de 1000 CD4, c'est votre âme qui est seule, désespérément seule. Nobody to care about. Et tu ne peux plus rien dire car comme tout le monde, tu es en bonne santé. Les rares qui tombent amoureux autour de soi, on est contents pour eux, on les encourage même, cons que nous sommes, toujours à aider ceux qui vont bien quand personne ne s'occupe de ceux qui perdent l'espoir. On leur donne des conseils pour réussir les histoires d'amour auxquelles on n'a plus droit car la drague s'arrête à 48 ans,  un autre âge complexé qui fait suite à l'âge complexé de 40 ans. On leur dit comment rester safe parce que plus personne ne leur dit ça, parce qu'on a eu l'ahurissante, la ridicule naïveté de croire que si on était généreux sur ce sujet, ça serait une qualité presque équivalente à celle de la jeunesse, de la beauté et d'une bite de 23 cm. Et on se fritte avec des mecs qui n'ont jamais souffert le quart de ce qu'on a pu souffrir en 25 ans de séropositivité. Et quand un kid de 23 ans apprend qu'il est séropo, il y a un mois, on lui téléphone, on le conseille lui aussi, car il dit que plus personne ne l'aimera à son âge avec un secret pareil et on essaye de casser le fossé générationnel pour lui donner du courage car il en a besoin, là. Sans le VIH, on aurait rien à se dire. Mais même avec le VIH, la barrière de l'âge complique le message car il y a toujours quelque chose qui complique le message.

La grande différence entre les mecs célèbres qui ont du succès et les autres est très bien résumée par la fantastique phrase d'accroche d'Alex Taylor sur Grindr qui ressemble à quelque chose comme ça : "You call me. I don't call you". Moi ça serait "You don't call me. I CALL YOU". Mais dès que j'arrive à Paris, je reçois plein de messages de mecs qui voient mon âge sur Grindr, des mecs qui considèrent, sûrement avec raison, que leur corps est à vendre pour 200 euros et pas autrement. Et si je suis gentil en leur répondant que leur pitch est vraiment bien présenté mais que tu n'ai pas ce fric et même pas envie de payer ça pour une heure, ils te bloquent. The cheek of it. J'ai 55 ans dans un mois. Garrison Taylor disait dans le NYT que c'est un "awkward age", un âge maladroit. Personne, mais absolument personne n'a envie de sortir avec un mec de cet âge. Je suppose que c'est un des nombreux drames de la vie gay qui ne sera pas réglé avec le #mariagepourtous. "Mêmes droits, mêmes devoirs" annonçait fièrement l'affiche de l'inter-LGBT dans la salle d'attente du service des maladies infectieuses. Je suis pressé de savoir ce qu'en pensera la folle séronégative qui a conceptualisé ce message quand elle aura 55 ans avec un virus contrôlé et indétectable. Mais je n'aurai pas la patience et l'envie d'attendre pour avoir la réponse. STFU.  For real.


11 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Didier ,
bien que notre vision des choses sur des sujets très importants , nous est
malheureusement définitivement éloigner .
je continu a pouvoir être
toucher , ému , par vous .
bien que ma colère a votre égard me semble totalement justifier , cela ne parvient pas a détruire l' affection , celle du début ...qui semble immortel . je vois cela comme de l'amour , un lien qui résiste finalement a tout .
quand je constate nos différences idéologiques aujourd'hui , je me dit que même si dans les années 80's nous aurions étaient les meilleurs amis du monde , nous en serions maintenant quand même là ( dans cette impasse qui nous sépare ). mais je crois sentir chez vous , au delà de l'amertume , poindre comme un nouveau regard ( qui peut être acceptera de voir le jour ? ). la Communauté Gay , cette grande " illusion " devrait normalement finir par se dévoiler totalement . je pense que se n'est qu'une questions temps , un temps inévitable , un temps ou la vérité sortira : " Vainqueur " .
un jour ou les êtres dit " Homo " ne se feront plus manipuler par le Lobby qui prêtant les défendre (?) mais qui en réalité les poussent inexorablement vers leurs chutes . mais je n'irais pas plus loin , j'ai réaliser que s'exprimer pour ne provoquer que colère ne serre a rien ! . je dois simplement me résoudre a voir s’effondrer doucement " le Milieu " en sachant le mal volontaire que cela inflige aux " Homos " , mes anciens Frères , qui devront assumer de n'avoir rien voulut voir ( trop occuper , par je ne c'est finalement quoi ? ).

- précision : je ne signe pas mon commentaire , car dans le cas présent , cela ne serre plus a rien .

ps :
j'en oublier même le sujet de base .
oui , évidement , passer 40 ans , un Pédé est un Pédé MORT ! ( j'en c'est moi aussi quelque chose ).
mais attention , cela ne vos pas pour tous . car la nature n'a que faire de la justice utopique dont rêvent les hommes . certes après 40 ans , seuls ceux qui on déjà un mec et un boulot on une chance de vivre encore quelques années supportables ( dans le monde dominant de l'apparence - pour peu qu'on n'y adhère ! ). mais il serai totalement égoïste d'oublier les jeunes , dit " porteurs d'handicapes " car pour eux le monde joyeux de l'enculerie du Ghetto Gay , se sera uniquement en rêve ! . certes , à la vérité ils n'y perdent rien . mais aller expliquer cela a un jeune plein d'envies , qui ne demande qu'a s'exprimer . non , vraiment , il n'y a pas d'age pour en chier ! . et celui qui a dépasser l'age tragique des 40 ans , finalement qu'il aille se faire foutre ( moi comme un autre ). vous avez voulut la vie Gay , ben elle est tout , sauf Gaie ! ( et ceux qui s'en rendent compte trop tard , doivent maintenant Assumer ).

Yoyo a dit…

On peut pas être jeune éternellement,heureusement vous avez un stock de disques, le net et quelques vidéos. La déprime de janvier c est la plus traître, il me semble d ailleurs que vous en aviez parle dans un article. Dans le métro y a des pubs sur le meetic des femmes qui veulent tromper leur mari de 5 à 7 pourquoi pas le meetic des gay qui ont un gros coup de blues ?

Anonyme a dit…

Peut-être aussi une conséquence du deuil très récent qui vous affecte...

golightly a dit…

Vous êtes toujours ma vache sacrée

Anonyme a dit…

salut Didier

Janvier c'est toujours le gros Down en plus du reste, c'est bien connu. Pense au printemps et à l'été qui vont venir, et puis aussi à tous ceux qui adorent te lire régulièrement

Best

David

veules a dit…

Bonjour Didier il faut laisser a la vie la possibilité de nous surprendre et puis il y a le chant des mesanges et le parfum de fruits
murs et des fleurs et la mer.

mouss a dit…

bonsoir,

on est juste deux gros hétéros séronagtifs, soufflé par ton livre sur act up, tes articles comme des sabres ou des plantes magiques et ton attachement à la house.

que tu te foute en l'air, c juste pas possible. y a de la place à bruxelle, any time, welcome!

gratitudes

mouss&fab

Anonyme a dit…

Pourquoi survivre ?

Parce que vous avez donné votre énergie à la lutte contre le sida et que moi, séronégatif parisien à 53 ans, je vous le dois. Je vous dois d'être épargné par cette maladie, car je vous ai écouté, un jour, à la télévision, dire qu'il ne fallait pas abandonner la capote, que ceux qui prônaient cette infâmie étaient des criminels et que je vous ai écouté.
Alors cette solitude est due à l'éloignement, rien de plus, mais vous êtes toujours dans le coeur de beaucoup d'homosexuels qui, comme moi, vous doivent d'être en vie.
Que vous nous devez de poursuivre votre lutte contre le sida, parce que si vous lâchez prise, nous sombrerons avec vous.
Et surtout parce que nous vous aimons de nous avoir guidés dans le choix de la prévention, contre toutes les formes de suicide qui ne sont que des expressions de la haine de soi.
Ainsi vous êtes toujours avec nous...

Jean-Jacques Ronou.

Didier Lestrade a dit…

merci pour vos messages. Comme souvent, je ne sais pas quoi dire. Enfin si, je sais, mais pas dans le cadre d'un commentaire. Je reviendrai sur ce sujet anyway. bises à tous et toutes

Cédric Joseph Baron a dit…

Toujours très bien écrit et captivant, comme d'habitude. Mais, si je puis me permettre, vous dramatisez un peu. 55 ans c'est très sexy comme âge, avec ou sans disques. D'ailleurs, je dois vous confier un secret: l'âge est un concept du XXème siècle qui n'a plus de réalité aujourd'hui. Bien à vous. CJB.

Anonyme a dit…

bon,aller, laissez passer les papillons noirs,bougez un peu, allez au ciné,ou ailleurs oubliez tout.
pédé, seroneg, presq 60a,seul mais en ai vu trop quitter le navire.