jeudi 12 novembre 2009

Not again, le mariage gay!


OK, je suppose que vous êtes tous au courant des derniers développements sur le mariage gay et/ou l’adoption pour les homosexuels. Je suppose aussi que pas mal d’entre vous somnolent déjà, dès que l’on mentionne le sujet. Oh no, not again, un autre post interminable sur le mariage gay.

C’est la calamité des temps modernes, non ? Vous savez tous qu’on ne pas arrêter de vous emmerder avec ça pour les dix années à venir. Les médias adoooooorent ça. Les médias gays encore plus. Et je vous assure qu’ils prennent du Guronzan et de l’Arcalion pour se motiver sur le sujet car il n’y a rien de pire qu’un réveil avec une alerte Google sur une décision de justice concernant l’adoption pour les gays. Vous arrivez au travail le matin et le rédac chef est déjà sur le pied de guerre (comme on dit) avec une urgence éditoriale : « Il faut que tu fasses tout de suite un feedback sur les réactions homophobes de la veille ! ». Ou : « Tu as fait la liste des personnalités qui ont signé l’Appel de Montpellier ? ». Ou : « On va faire un sondage sur le site pour savoir si Emmanuelle B. a bien fait de garder l’anonymat ».

BO-RING ! Non mais vous vous imaginez aller au boulot tous les jours pour parler toute la journée du mariage gay au 1er degré, comme si vous étiez super super super motivé alors que vous êtes en descente parce que vous avez trop bu le week-end ? Et si vous avez le malheur de dire que vous avez déjà écrit 4 brèves la semaine dernière sur le sujet, votre capital militant prend un minus 10 en 15 minutes. En plus, tout le monde vous observe : « Oui, je me rappelle très bien que l’année dernière tu avais dit que le mariage gay, tu en avais un peu marre. C’est bien une remarque de pédé égoïste ». Et ça vous suit toute la vie.

Qu’on me comprenne bien. Je suis à fond pour le mariage gay. Je signe toutes les pétitions que vous voulez. Personnellement j’en ai rien à foutre, mais puisque les autres pays européens l’ont, et l’Afrique du Sud aussi, alors on doit l’avoir, c’est une question de principe. Et je crois que les gens savent (peut-être trop d’ailleurs) que je suis une folle à principe. Je ne me pacserai jamais et je ne me marierai pas non plus (au secours ! Je suis devenu gay précisément pour échapper à ce type de traumatisme), mais la liberté gay passe par là donc je suis d’accord. À 100%.

Mais c’est d’un ennui mortel. Tous les gens qui travaillent sur ce sujet sont des geeks (et je trouve que Caroline Mecary a de plus en plus de tics à la télé), mais c'est remarquable de se battre toute sa vie pour un droit universel qui a un impact symbolique majeur. S’il y a quelques milliers de personnes LGBT qui veulent se marier, on va se faire chier pour les aider. S’il y a une centaine de couples LGBT qui veulent adopter, ils nous emmerderont avec leurs mioches, comme les autres, super. Si une très grande majorité de gays en a rien à péter et rigolent au Cox sur le mariage gay, il faudra fermer sa gueule quand même. Si ces mêmes pédés préfèreraient crever plutôt qu’avoir un mioche, c’est de leur responsabilité de grommeler en faisant le moins de bruit possible. Car, ce qu’ils pensent, c’est :

1) J’ai 5, 10 ou 20 ans à vivre et je suis bored to death à l’idée de me coltiner ce débat jusqu’à mon enterrement

2) J’ai 5, 10 ou 20 ans à vivre et tous mes autres espoirs politiques devront attendre jusqu’à mon enterrement parce que le mariage gay et la lutte contre l’homophobie sont les deux mamelles du militantisme gay de Now et ça prend toute la place.

3) Finalement, tout le monde fait son beurre sur le mariage gay et l’homophobie, sauf moi. Les avocats, les hommes politiques, les assoces, les médias. C’est bien, cela encourage la libre entreprise, mais je me demande si ça aide le débat sur les autres problèmes qui touchent cette communauté. Ou alors croit-on vraiment que lorsque le mariage gay sera là, tous les problèmes psy et sociaux qui touchent les gays et les lesbiennes disparaîtront comme ils ont disparu en Angleterre, en Espagne et en Afrique du Sud. Ah bon, parce qu’ils n’ont pas disparu en Angleterre, en Espagne et en Afrique du Sud ? Savais pas.

4) La crise du militantisme est sûrement au centre de cet avenir bouché. Parlons franchement. Vous savez que je radote souvent, mais je n’ai pas peur de montrer le dopellgänder du discours militant sur les gays ou le sida. En résumé : le mariage gay et l’adoption pour les gays n’évolueront pas en France avant (et encore) les prochaines élections présidentielles. Si l’UMP est assez conne pour ne pas évoluer sur le sujet aujourd’hui, c’est parce que le PS est loin d’être très proactif sur ce thème aussi. Donc, pour les trois ans à venir, on va s’emmerder sur le sujet. Et je crois que c’est un mauvais calcul militant pour le mouvement LGBT. Il va y avoir usure, comme il y a une usure actuellement aux USA sur le mariage gay.

5) Pendant ce temps, tous ceux qui ont envie de parler d’autre chose dans la communauté gay sont invités à se taire. Ces sujets sont toujours systématiquement au deuxième plan, ou même loin derrière. Je peux rêver : cela peut contribuer à un radicalisme LGBT nourri par le ras-le-bol face à des associations qui sont trop monolithiques sur le mariage gay et l’homophobie. Forcément, la toute petite minorité à laquelle j’appartiens ne cessera de grandir. Imaginez-vous dans deux ans. Vous préférez être dans une structure ouverte où tout le monde peut s’exprimer sur les sujets qui l’intéressent ou vous préférez rester dans un média enfermé dans ses propres dogmes militants ?

6) Cette frustration militante aura un coût. Il ne faut pas s‘étonner pourquoi le militantisme gay est arrivé à un niveau de désintérêt quasi général chez les homos et les lesbiennes. Leur avenir est bouché. Oui, le discours est alimenté par les 50 personnes qui font les commentaires sur les news médias gays, mais le reste de la communauté n’intervient pas. Il y a un discours pré-établi, incroyablement normatif qui domine et derrière il y a 95% de personnes de cette communauté à qui on n’a pas offert les moyens de s’engager. C’est du mauvais leadership car pour obtenir le mariage gay, on doit être propre sur soi, être une avocate qui se présente aux élections régionales du printemps 2010.

7) C’est du mauvais leadership. C’est la génération gnagnagna. C’est ce que j’appelle l’âge bête du militantisme. On est passé par l’agit prop des années 70, la rage des années 80, le succès des années 90 et on est dans le « agueubeubeu » militant. Tout le monde dit la même chose. La peur d’être qualifié d’homophobe est le sentiment qui prédomine. Il n’y a personne pour détourner ça en dérision pour rigoler des opposants au mariage gay et à l’adoption. On est sur le ton de l’effroi, encore et toujours. Moi je dis : rendez nous Dustan, au moins on rigolait !

8) A une époque où l’on n’arrête pas de radoter sur la « transversalité », le discours LGBT ne parle que des problèmes LGBT. Pour gagner le combat sur le mariage et l’adoption, il y a des gens qui ont décidé qu’il fallait réduire le spectre du débat gay à son minimum. C’est un fil d’info qui ne parle que du mariage gay et que de l’homophobie et basta. On l’a vu avec l’affaire Mitterrand, dès que le l’on sort de la représentation idéale de l’homosexualité, tous les médias gays sont comme paralysés, ils sont incapables de dire quoi que ce soit, à part répéter qu’il faut défendre la personne concernée, autrement ce serait de l’homophobie. Il n’y a aucun discours de ces gays leaders sur ce qui se passe dans le monde, sur la vision gay plus large, sur les liens entre le discours gay et d’autres problèmes. C’est criant dans les médias gays : surtout alléger le ton de l’info, surtout ne pas prendre de risque, surtout se caler les uns sur les autres. Une seule voix, un seul ennui. Quand je pense qu’en 1991, Act Up défilait sous la pluie contre la guerre en Iraq !

9) Je ne vois pas beaucoup d’analyse sur le lien entre ce qui se passe en France et ce qui s’est passé, il y a une semaine aux USA dans le Maine, où le mariage gay a subi une défaite assez surprenante. Bon, certains commençaient à remarquer que la campagne dans le Maine n’était pas très brillante comme l'explique cet article du Washington Post, mais, pour ceux qui ont raté les épisodes, on va faire court : le mariage gay s’est cassé la gueule dans un état où il avait toutes les chances de gagner, tout comme en Californie au moment de la Proposition 8. Les commentateurs français mettent cet échec sur le dos d’Obama. OK, si ce dernier avait fait un speech bien lancé dans le Maine 2 jours avant les élections, le mariage serait passé sans problème. Mais pourquoi l’aurait-il fait ? Ce dernier prendrait-il le risque de perdre des voix nécessaires au Parlement pour faire passer sa réforme de la santé à cause du mariage gay ? C’est sa priorité absolue ! Déjà il recule devant Israël, alors le mariage gay… please. Le grand débat américain sur le mariage gay, c’est que la stratégie selon laquelle les lois pour le mariage gay devaient être votées état par état se casse la gueule. Un article du New York Times du 6 novembre, "Maine loss prompts rethinking of same-sex marriage tactics" explique très bien tout ça. Presque tous les états où le mariage gay pouvait gagner ont été amenés à se prononcer. Et maintenant, que faire face aux états qui, on le sait, y sont très opposés ? Les vieux de la vieille comme Barney Franck savent que cette stratégie est vouée à l’échec. Et cela fait maintenant pas mal de temps que la communauté LGBT américaine est critiquée parce qu’elle s’y prend mal. Il y a eu des dissensions lors de la grande marche sur Washington du mois dernier. Il y a eu des dissensions sur la stratégie face à la proposition 8. Il y a des dissensions sur Don’t Ask Don’t Tell et de nouvelles infos nous indiquent que cette loi ne changera pas avant l’année prochaine. Or, si le mariage gay n’avance pas aux USA, cela aura des répercutions sur d’autres pays. On ne peut pas dire que les victoires entraînent d’autres victoires si on refuse d’admettre que des échecs entraînent d’autres échecs aussi. Le leadership associatif se doit donc de remporter des victoires, sinon il perd ses munitions.

10) Vous vous rappelez le mariage de Bègles ? Et toutes les couvertures de magazine que cela a suscité ? Les articles dans tous les quotidiens, tous ces gays et ces lesbiennes qui ont témoigné à visage découvert ? Combien ils étaient modernes et courageux de révéler des choses intimes sur leur relation, leur vie, leur entourage, tout ça pour faire avancer la cause, et pour faire pression ? Nous sommes 5 ans plus tard. Ces personnes sont des munitions qui ont été utilisées et je sais que nous n’avons pas de problème pour trouver d’autres munitions aujourd’hui. Mais ces munitions, il faut les utiliser au bon moment. Franchement, vous espérez une nouvelle loi à mi-mandat de Sarko ? Keep dreaming. Ou alors ces munitions sont utilisées aujourd’hui par les associations gays et les médias pour se faire mousser car des membres de cette communauté sont en position éligible pour les prochaines élections régionales ? Oui, les lois sont votées parce que les coups de boutoir du militantisme se rapprochent et tapent plus fort. Il faut créer un momentum. Mais le momentum actuel est un trompe l’œil car il n’a pas pour objet de faire passer des lois qui changent vraiment les choses, mais plutôt les individus qui se mettent en avant pour surfer sur des espoirs très sincères. Et ça, en France, dans tous les partis, on en a assez souffert comme ça.

7 commentaires:

cecile a dit…

J'ai toujours cette affection sincère pour les coquilles, quand elles sont érigées en lapsus de la word génération.

Additionnée donc à mon panthéon :
Décente qui se voulait Descente...

Jason Fist a dit…

En arrivant en France en '91, le mariage gay était déjà en couverture de l'Express. Pfff...

I'm feeling burned out about it, but I still want it.

Didier Lestrade a dit…

Cécile, merci! Je me disais bien que j'avais une drôle d'impresssion en relisant ce mot "décente" lol.
Jason girl, you're showing your age here. bises.

Anonyme a dit…

Et l’identité nationale dans tout çà ? La société française discrimine encore ses propres mômes mais s’interroge sur son identité. Comme une partie de la culture française est fondée sur le boulot des zomos, c’est un peu dur pour elle et pour eux : quand on est une composante aussi forte de la société, on a l’impression d’être dedans même si on est laissé dans une zone de « pas les mêmes droits ». Comme l’autre est dedans et pour sortir de son étouffement a tout intérêt à s’internationaliser, quelle place pour ceux qui sont dehors sachant qu’une partie des dehors seront les futurs « autres » dans le dedans ? Cocoricco !

leZ Strasbourgeoises a dit…

Merci Didier Lestrade pour cet article, ça fait du bien !!!
J'ai le même sentiment par rapport à tout le battage qu'on fait sur la décision du tribunal de Besançon concernant le droit à l'adoption d'une lesbienne.
1) On crie à la victoire, à l'avancée des droits de l'homoparentalité, alors que cette femme s'est battue pendant 10 ans pour faire appliquer la loi en l'état (aussi homophobe soit-elle), le droit d'adopter en tant que célibataire et non en tant que couple lesbien. Illusion néfaste...
2) S'agissant des lesbiennes, on n'entend parler d'elles que lorsqu'il est question de maternité, ou lorsqu'elles sont victimes d'homophobie, ou alors la cruciale question de savoir si telle ou telle star est lesbienne... Ok, c'est important, mais quand on résume les lesbiennes à victimes, mères (de fait ou potentielles ou en puissance) ou Stars... je me dit que Monique Wittig s'est vraiment plantée en écrivant : "les lesbiennes ne sont pas des femmes"... Quid des combats des lesbiennes de par le monde, de ce qu'elles entreprennent, de leurs autres revendications... Quand je lis l'actu lesbienne dans les médias LGBT, à part quelques rares exceptions, je déprime...

Demactive a dit…

Mentionné dans cet article : http://demactive.fr/2009/11/la-vraie-minorite-sur-le-mariage-et-ladoption-en-france.html

JPM a dit…

En Europe , La france se ringardise de + en + sur le plan politique et les droits des homossexuels ( mariage officiel en mairie , ou adoption par les couples du meme sexe ) .
c'est presque une honte d'être à la traine des autres pays de la zone Euro .
la france est devenue un pays + ou - hostile et très intolérant , bref le combat continu !
Vanneste , Le pen , De villiers , Besson , C-Boutin , Familles de France etc ... des gens à effacer de notre horizon avec une grosse gomme rose !!!!

" big up " à Mister Lestrade pour tout ce qu'il a fait et ses combats pour les homos du pays .
c'est un homme avec un grand H.
RESPECT.

JPM