vendredi 21 juillet 2017

Comment faire un blockbuster LGBT


Je traîne depuis plus d'un an une idée de scénario que je n'ai pas eu le courage d'évoquer, sûrement parce que le cinéma n'est pas mon domaine et parce que cette dernière année a été difficile. Et puis le succès à venir de "120BPM" m'a chamboulé et je me dis qu'il n'y a pas de raison de ne pas envoyer une autre bouteille à la mer. Alors voilà, mon idée est qu'il est temps qu'un film à grand public fasse avancer le sujet de la vieillesse LGBT, celle de notre fin de vie, pour les personnes séropositives ou non. Il s'agit d'imaginer toutes les variantes de structures qui pourraient nous offrir un toit afin de passer les dernières années de nos vies.

Historiquement, même si je n'ai jamais aimé les films type "Gazon Maudit" ou "Pédale Douce", ces gros succès populaires ont servi de jalon culturel et leurs histoires une entériné un progrès politique, c'est souvent ainsi que l'évolution des mœurs s'impose auprès du plus grand nombre. Cela fait longtemps que je pense que notre pays n'anticipe pas l'arrivée des LGBT à la retraite et je suis convaincu que cela peut être aussi une source de créations d'emplois et de services. On me demande souvent pourquoi il y aurait une spécificité gay dans les structures d'accueil. Ces dernières ne sont pas adaptées à la vie qu'ont mené les baby boomers de notre communauté, leur combat pour la liberté, leur passé de constructeurs. L'universalisme français écarte toutes les initiatives étrangères où les maisons de retraite LGBT-friendly se multiplient et parfois existent depuis des années tout en montrant une expérimentation pilote pleine de connaissances, exactement comme le sida a inventé et disséminé des procédures sur la fin de vie et l'accompagnement du malade. Pour plus d'arguments, il suffit de lire tout ce que publie Francis Carrier sur la page Facebook de l'association GreyPride.

L'idée de ce film, c'est de faire un blockbuster et de renverser la méfiance que nous inspire ces films avec des acteurs français connus qui nous énervent car ils tournent autour des sujets LGBT sans avoir le courage de se lancer. Avec ce film, enfin, ils feraient leur coming-out et il se ferait simplement pendant les interviews de promotion, du genre "Ben oui quoi! Ca se voyait pas?". Et croyez-moi, ces acteurs et actrices sont nombreux dans le cinéma français où la majorité se cache encore dans une prétendue bisexualité. C'est la base de la légitimité du projet. Pour ces stars du cinéma français, ce film serait une sortie honorable à des années de silence ou de mensonge et la récompense serait un succès salué non seulement par la critique mais aussi par l'underground militant. Le but est de faire une comédie digne de "La cage aux folles", mais version 2017, c'est-à-dire avec toute la connaissance apportée par les personnes trans par exemple. L'histoire raconterait la vie d'une petite maison de campagne ou de banlieue ou une poignée d'hommes et de femmes vivraient ensemble. Pour régler tout de suite la question financière, disons que cette maison appartiendrait à un membre de cette commune, quelqu'un qui aurait les moyens d'inviter ses ami(e)s et d'adapter sa maison aux besoins thérapeutiques. Cette personne (homme ou femme) pourrait être médecin et aurait choisi d'investir l'argent économisé pendant toute une vie dans une structure innovante, mais simple. Ce n'est pas une maison de riches, c'est juste un geste de grande générosité, comme un ami millionnaire des années 90 qui m'avait dit :"Didier, ne t'inquiète pas pour tes vieux jours, je m'en occuperai". Et même si cela ne s'est pas fait, j'ai toujours trouvé cette promesse incroyablement attentionnée. Ça existe des gens comme ça et peut-être que ce film leur donnerait des idées.

Rappelons que c'est du cinéma, une comédie en plus et qu'elle est nourrie par des personnages complément cliché dans leur genre, même si les dialogues feraient toute la différence entre un film de beaufs à la française et un succès potentiellement international. Dans cette maison, chacun serait spécialisé dans une tâche qui contribuerait au bonheur commun. Un peu comme les communautés dans lesquelles nous avons vécu à la fin des années 70. Il y aurait un jardinier qui s'occuperait du potager et du verger, les conserves et la cuisine étant partagées par tout le monde. Il y aurait une folle qui ferait rire tout le monde tout en faisant le ménage et animant la maison. Il y aurait une lesbienne (par exemple la doctoresse) qui aurait l'autorité pour tenir cette bande de freaks mais qui connaîtrait aussi tous leurs secrets (un peu comme Madame Madrigal dans "Les chroniques de San Francisco"). Il y aurait une personne trans qui se moquerait des méconnaissances du groupe sur le sujet tout en étant, en fait, la gardienne de la mémoire culturelle de la maison. Il y avait un vieux bear qui réparerait tout ce que les autres cassent tout le temps, un geek qui serait au courant des branchements Internet et qui conduirait le van qui conduirait tout le monde quand ils iraient faire des courses ou des promenades. Comme chaque film nécessite un drame, un de ces personnages perdrait la vie, mais pas forcement de vieillesse ou de maladie, ça pourrait être un truc complètement idiot ou même risible comme une chute dans l'escalier, ce qui entraînerait une séquence d'enterrement assez drôle et émouvante et qui permettrait de faire entrer dans cette commune une nouvelle personne à la fin du film, comme un renouveau, par exemple une lesbienne bisexuelle.

L'idée est vraiment de faire une comédie pour dédramatiser la vieillesse, la montrer dans des conditions optimales (ça existe même si certains diront que c'est une version enjolivée de la réalité). Le comique proviendrait des situations incontrôlables de cette cohabitation et puis chaque personnage aurait ses propres limites, soit un problème de santé physique ou psychique, un bagage de la vie antérieure lourd à porter. Ces gens n'arrêteraient pas de se faire la gueule et de se réconcilier, chaque nouvelle récolte de cerises provenant du jardin étant une source de satisfaction ou de diarrhées collectives. On verrait les personnages évoquer leur passé et leurs radotages, avec des confidences qui émaillent le temps. Certains auraient aussi des relations amoureuses, provenant des applications de drague ou du hasard, ce qui fait que cette maison ne serait pas un milieu clos, elle serait visitée par d'autres personnages secondaires tout aussi loufoques ou tout simplement gentils  comme dans "Torch Song Trilogy". Il y aurait même des gosses qui viendraient d'une école voisine pour visiter les vieux, ce qui entraînerait des situations tendres ou cocasses. La personne trans aurait forcement une relation pour qu'on ne puisse pas dire qu'elle est rejetée par la société. La lesbienne docteur aurait aussi une amie de longue date comme dans "Les invisibles". Les sujets politiques actuels comme la PMA et le mariage pour tous seraient abordés devant la télé afin de nourrir les moqueries en direction des cathos tradis et de Sens Commun. Le sujet de la mémoire serait aussi abordé comme les archives LGBT et tout le film traiterait, sans forcement le dire, de la transmission de la culture gay. Certains soirs, des films classiques seraient regardés ensemble dans le salon, comme "Women" de George Cukor. Les saisons passeraient, symbole du temps qui s'accélère et du plaisir de vivre encore.

Il y a quelques années, Jimmy Somerville m'a fait rire quand il imaginait sa propre vieillesse. Il me disait qu'il ferait la tournée des maisons de vieillesse LGBT et qu'il finirait pas chanter "Tell Me Why" avec une voix complètement enrayée, sur un petit plot dans la salle commune, avec juste un méchant projecteur et une mini boule disco à miroirs. Il pourrait même y avoir un escalier automatique menant au premier étage qui serait détourné pour un spectacle de travelos. Ce film serait exactement comme ça, montrant des situations risibles où les personnages s'en sortiraient par un sens inné de l'autodérision, une répartie chaotique et quand même, beaucoup d'humilité face à la vieillesse. On parlerait beaucoup de cul, ça pourrait même être très vulgaire. Chaque chambre serait décorée par son habitant et il y aurait certaines fautes de goût impardonnables. Certains matins, tout le monde serait mal luné et toutes les portes de la maison claqueraient. Il faudrait sentir que les acteurs sa lâchent et prennent plaisir à décrire leur propre vieillesse dans une parodie du cinéma français. En été, il y aurait une piscine gonflable dans le jardin et le bear y barboterait avec tous les jouets gonflables sortis du garage. Lors de la nuit des étoiles, tout le monde se disputerait car certains y voient beaucoup moins que les autres. Noël serait une occasion de montrer des cadeaux très pathétiques. Il y aurait des évocations de soins particuliers car la doctoresse aurait installé une infirmerie avec tous les soins d'urgence et les instruments d'exercice physique comme des vélos d'appartement. D'autres auraient une santé de fer comme le jardinier qui est pourtant séropositif depuis trente ans. Il faudrait sentir que ce groupe de personnes se connaît depuis longtemps, ils ont une histoire commune, même si c'est un attelage humain incohérent, mixte. Cette folie amicale serait accentuée par le jeu de grands comédiens que l'on aime détester comme Michel Blanc, Pierre Palmade ou Muriel Robin. En plus des personnages principaux, il faudrait ajouter 4 ou 5 mégastars du cinéma français qui y feraient des apparitions, du genre Christian Clavier ou Etienne Daho et voilà! un film qui ferait aimer un sujet que personne n'ose toucher. Enfin, il est évident et indiscutable que la mixité ethnique est aussi respectée. Il y a forcement au moins un acteur ou une actrice parmi les 5 principaux qui est racisé, et les questions du racisme à l'intérieur de la communauté LGBT seraient abordées avec vengeance.

En général, ce type de cinéma français ne m'intéresse absolument pas. Pire, il me dégoûte. Mais à force de tourner cette idée dans ma tête, la chose me paraît crédible même si les situations du film paraissent au premier abord prévisibles. Et le film de Robin Campillo, s'il s'adresse en particulier aux jeunes, possède un effet miroir évident puisqu'il s'adresse aussi aux vieux qui étaient les jeunes d'Act Up. S'il y a quelque chose que je respecte au plus haut point dans "120BPM", c'est le choix des acteurs, souvent des homosexuels amateurs. Même si j'en viens aujourd'hui à penser que les gays sont très bien joués par des hétéros, dans ce film il y aurait un statement politique : les gays y sont joués par des gays, les lesbiennes aussi. On y retrouve un aspect du fonctionnement de Spike Lee. Dans cette idée de blockbuster pour troisième âge LGBT, il y a aussi cette cohérence avec des acteurs et actrices dont l'homosexualité ne fait plus de doute et qui renforce une autre idée qui m'est chère, celle du coming-out, de la liberté que cela procure. Ces gays retraités n'ont plus rien à cacher, la vieillesse les rend encore plus transparents. Considérés comme écartés de la société, ils deviennent des héros de l'affirmation et du soulagement identitaire. Ils ont travaillé toute leur vie, professionnellement et psychologiquement pour arriver à ce droit fondamental : vivre la vieillesse sans se cacher, activement, sous la protection d'un toit commun.
Vous pensez que ça pourrait marcher?

Moi oui.

8 commentaires:

fracar a dit…

Partant à 100% ! On pourrait rire de ce "douloureux problème", et redonner un peu de dérision et de légèreté pour parler d'un sujet essentiel ...

Fille de Pau a dit…

Bon, pour le jardinier l'acteur est auto-désigné, pour Palmade, je préférerais Pierre.
Mais ce format du blog correspond mieux à l'expression de vos idées ou pro-jets que Twitter ; je me fais une joie de venir vous écouter à Bayonne le 25 août au Cinéma l'Atalante et avec les militants de Bizi.
Solange D

Isaton a dit…

Vous lisant je pensais à ce vieux professeur à Paris 8, qui malgré ses quatre-vingt-treize ans continue à assurer son séminaire. Souvent, le regardant faire, je me dis que c'est notre condition gay qui est ici à l'oeuvre. Effectivement, il n'y a pas de famille constituée autour de nous, seul l'exterieur nous est un secours, une distraction ou une relation. Là, je viens de commencer à déménager et dans le nouveau studio, la jeune personne aidente conversait et, alors que je lui faisais remarquer que mon âge faisait espérer une vingtaine, peut être un peu plus, d'années de vie dans cet à présent lieu, grimaçait, pensant que je songeais à la mort, alors qu'il s'agissait de prendre en compte le temps statistique et rien d'autre. Oui, nous vieillissons, pour beaucoup, seuls. Bien sûr PACS, mariage et procréation en tout genre vont changer la donne. Sinon, j'ai vu 120BM. Toute la séance je l'ai passé à me souvenir. J'étais volontaire à Aides à l'époque, aussi m'est il arrivé de venir aux manifs Act-Up mais pas au-delà, je me refusais à revêtir une identité que je n'ai pas, il en va actuellement pareillement. Ce d'autant qu'étant avec un handicap (au passage, pas de place dans votre scénario pour cet aspect de la vie, pouvant être identique à la situation de maladie comme pas du tout, tout dépend, me semble-t-il, si le handicap est évolutif ou non), je ne demande à personne de se considérer dans la même situation. D'ailleurs, dans le film, il y a quelque chose de différent à ce que j'ai souvent entendu : être à Act-Up c'est accepter de se dire séropo, même si on ne l'est pas. Dans le film la présentation est autre : Ne pas craindre de passer pour séropo en militant dans l'association. Ce qui est un autre sujet. Non pas la prise d'une identité mais se foutre de l'image renvoyée. Enfin, dans le film, un grand sourire à la vue du choix de l'acteur campant le patron de labo. J'ai milité avec lui dans la Coordination des Intermittents et des Précaires (CIP-IDF) et J'ai été témoin de sa virulence dans les réunions au ministère devant le ministre. Il le secouait dans tous les sens. enfin, je songe rejoindre les activités de Francis Carlier, un des grands de Aides qui m'a été donné de connaître. Oui, nous sommes vieux à présent et nous sommes des espèces d'anciens combattants avec en mémoire beaucoup de luttes et beaucoup d'absents, dont les prénoms et ce qu'ils étaient reviennent parfois, au détour d'un moment de vie.

Charly a dit…

Certes, un bon film sur les LGBT ce n'est jamais de refus, mais un blockbuster est rarement de bonne qualité, autant faire un bon film quitte à prendre le risque qu'il ne fonctionne pas, mais qu'il reste fidèle à son idéologie.
Il y a plusieurs choses qui me dérange dans cet article.
- Peut-être que certain-e-s préfèrent se dire bisexuel-le à défaut mais il faudrait veiller à ne pas invisibiliser les bisexuel-le-s non plus, c'est déjà assez compliqué pour elleux à porter que pour taper dessus une fois de plus en disant que ce n'est qu'une façon de se protéger. Puis c'est quoi une "lesbienne bisexuelle"? Une lesbienne qui ne s'assume pas?
- "Des personnages complètement cliché", à mon sens, ça n'a jamais aidé la cause. Ça fait peut-être rire mais ce n'est pas une base saine pour une comédie. Car rire de l'autre de cette façon, c'est bien bas. Et ça ne reflète en rien la réalité, l'humour sain existe ailleurs, ça n'en est pas moins une comédie.
- "Spectacle de travelos" en plus du terme indélicat, toutes les personnes trans ne sont pas des drag queen désireuses de faire du show, attention cliché (idem pour les fautes de goûts), ne nous réduisez pas à cela.
- "La mixité ethnique est aussi respectée" à 1/5, vraiment?
- "Les sujets politiques actuels comme la PMA et le mariage pour tous seraient abordés", si vous voulez encore paraître activiste en 2017, il serait bon d'aborder les personnes intersexes, les personnes trans non-binaires (agenre, fluid, etc.), asexuel-le-s, pansexuel-le-s, etc.
Il y a des choses qui me parlent dans ce que vous présentez mais tout de même, d'autres me travaillent, on est encore loin du film inclusif. Il va de soi qu'il est difficile de contenter tout le monde, mais au moins, essayer de ne pas commettre trop de maladresses.

Fzen a dit…

Ok, à vous lire il s'agit plus de bribes d'exposition de situation que de l'idée d'un scénario.Je ne pense pas qu'un long métrage soit adapté à l'ambition de parler en profondeur de tous les sujets évoqués, mais une série, oui. Pourquoi pas une série d'animation ou stopmotion version "The Simpsons". A bien des égards, le souci de décrire la société sans fard , avec humour, par des thèmes novateurs et contemporains m'y fait penser. A propos, j'ai une idée pour enrichir votre projet: celui du vieux simpson qui aurait attendu 70 ans pour virer officiellement sa cuti et intégrer la communauté que sa progéniture beauf vient voir régulièrement...car c'est peut être lui qui est l'initiateur de la colloc, grace à un billet de loterie,et les enfants voient d'un mauvais oeil qu'on gaspille un héritage si soudain. En outre, prêter sa voix pour des films d'animations est un coming out plus facile...

Anonyme a dit…

Votre idée, d'un film sur la fin de vie de personne LGBT me semble être une idée originale et intéressante, mais je serais plus à même de l'apprécier si vous ne sembliez pas penser surtout à L et G.
En effet, cette petite pique sur la "prétendue bisexualité" me désole et me laisse pantois quand à votre capacité à ne pas encore une fois invisibiliser la troisième lettre du saint acronyme. En effet, quand on sait que les personnes bisexuelles sont plus nombreuses que les personnes homosexuelles (1) il est logique d'en avoir plus dans le monde du cinéma. De plus le stigma lié à la bisexualité et les mesures de rétortions prises à l'égard des personnes bisexuelles sont supérieurs à ceux associés à l'homosexualité (2). Se dire bi pour cacher qu'on est gay c'est à peu près comme dire qu'on est juif pour dissimuler son protestantisme. Qui donc ferait ça?
1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Rapports_Kinsey
2 Balsam, Kimberly F., and Jonathan J. Mohr. "Adaptation to sexual orientation stigma: a comparison of bisexual and lesbian/gay adults." Journal of Counseling Psychology 54.3 (2007): 306.
Une citation de l'article :
"Although bisexual people are similar to their lesbian and gay counterparts in having to cope with heterosexism, bisexuals must also face negative attitudes, stereotypes, and practices specific to bisexuality (Ochs, 1996). Perhaps the most extreme manifestation of binegativity is the denial of bisexuality as a legitimate orientation, a position that has been viewed as rooted in the “monosexist” view that “sexuality must be directed toward one gender over another” (Rust, 2000a, p. 461). Research on binegativity has provided evidence that bisexual women and men face prejudice among both heterosexual and LG people. One population-based survey of heterosexual people found that attitudes were more negative toward bisexuals than toward any other minority group, including lesbians and gay men (Herek,
2002)."

Anonyme a dit…

Ne me demandez pas d'avouer que je ne sais pas ce qu'est un blokbuster, mais j'ignore. Il y a des tragicomédies sur la vieillesse en home, qui touchent à d'autres sujets indirectement. Vous connaissez surement Vol au dessus d'un nid de coucou, qui parle de psychiatrie principalement. Et je vous recommande le film belge "Home sweet home", premier film d'échappement à l'infantilisation normative du vieillard en "maison". Dans la sénilité, tous les hommes sont égaux. Mais notre histoire pour y arriver est différente à chacun. Sur cette base, tout est possible, y compris vos préoccupations. Cordialement

Didier Lestrade a dit…

Pusieurs réponses :
- Solange, je serai aussi à Pau le dimanche 27 août donc on se verra dans ta ville, non? Super content de te retrouver!
- Isaton, j'aime beaucoup ce que tu dis, pas de commentaire particulier, tout est intéressant
- Charly, ce texte n'est juste qu'une idée. Je suis convaincu par la situation des bis, je l'ai écrit partout, il y a plein de manières de raconter AUSSI que les gays ou lesbiennes de ce film ppourraient raconter leurs expériences avec les bis. et puis, pourqioi une lesbienne ne pourrait pas être bi, une personne trans aussi?
- sur le reste, tous les clichés sont de bonnes bases pour les déconstruire. Je dis souvent que les personnages des "Golden Girls" sont des clichés et pourtant la série est désopilante grâce à ses dialogues et grâce au jeu des actrices et il y a des dizaines d'exemples comme ça donc il ne s'agit pas ici de jouer avec le politiquement correct, je suis un expert dans le genre depuis des décennies. Je n'ai aucune espérance sur la possibilité d'un tel film, je considère le cinéma français bloqué politiquement, je donne juste cette idée comme un jalon de ce qui devrait être fait en 2017, sachant que ça ne sera pas fait, vomme un ultimatum à un monde culturel en retard sur les questions de société.